Quelques événements du 13 OCTOBRE

13 octobre 1307
Le roi de France Philippe le Bel fait arrêter les Templiers. Ces moines chevaliers, de vrais banquiers, prêtaient de l'argent au roi. Leur ordre, qui avait été créé en 1118 pour défendre Jérusalem contre les Musulmans, était une vaste organisation financière. Neuf mille commanderies de Templiers couvrent l'Europe, mais c'est en France que l'Ordre est le plus puissant et forme un Etat dans l'Etat grâce à ses prodigieuses richesses et à ses biens immobiliers. L'enclos du Temple à Paris est une forteresse où viennent chercher refuge ceux qui fuient la justice du roi. Ils possèdent encore le quart de la capitale, dont tout le quartier du Marais. Ce 13 octobre seront arrêtés tous les Templiers de France. A Paris, le Grand Maître de l'Ordre, Jacques de Molay, et cent quarante chevaliers furent incarcérés sous l'inculpation de débauche. Le roi de France s'appropriera les deux tiers de leurs biens... Le Grand Maître et ses compagnons seront suppliciés le 14 mars 1314 dans l'île de la Cité.

13 octobre 1562
Décès de Claudin de Sermisy né à Sermaise, dans l'Oise. Il meurt à Paris, lors de l'épidémie qui ravage la capitale, et plus particulièrement la Sainte Chapelle dont il est chanoine.

13 octobre 1713
Naissance de Jacques de Romas, inventeur du cerf-volant électrique, ébauche du futur paratonnerre.

13 octobre 1715
Mort de Malebranche (Nicolas). Il naquit à Paris, le 6 août 1638. Entré dans la congrégation de l'Oratoire, Malebranche s'occupait d'histoire religieuse et de langues, lorsque le hasard, lui faisant reconnaître le Traité de l'homme par Descartes, décida de sa vocation pour les études philosophiques. Après dix années de méditation, il publia (1673), son fameux livre de la Recherche de la vérité. Malebranche soutenait que l'homme voyait tout en Dieu ; il comparait Dieu à un miroir qui représente tous les objets, et dans lequel nous regardons continuellement.

13 octobre 1832
Samuel Morse « découvre » le télégraphe. Le physicien américain, avant de devenir l'inventeur du télégraphe, était peintre et il obtint même un jour la médaille d'or de la Société des Arts Adelphi à qui il avait donné un « Hercule mourant » ! il devint le premier président de ce qui est aujourd'hui l'Académie nationale de dessin.
Il entreprit un grand voyage en Europe, dans le but de compléter ses études sur les beaux-arts. En regagnant les Etats-Unis, à bord du paquebot Sully, il entendit des passagers parler d'une expérience de Franklin qui avait vu l'électricité franchir en un instant la distance de deux lieues. Morse pensa aussitôt qu'il serait peut-être possible de profiter de ce moyen pour transmettre rapidement des dépêches. En arrivant à New York et avant de quitter le paquebot, il s'approcha du commandant et, lui serrant la main, il lui annonça : « Quand mon télégraphe sera devenu la merveille du monde, souvenez-vous de la découverte en a été faite à bord du Sully, le 13 octobre 1832 ! »
Puis Morse se préoccupa de la réalisation pratique de son invention. Il avait alors des ressources financières extrêmement modestes, et le premier modèle du télégraphe fut construit avec le cadre d'un tableau pris dans son atelier, les rouages de bois d'une vieille horloge et un électro-aimant qu'on lui avait offert. Après cinq années d'expériences et d'essais, il présenta son invention devant les membres de l'Université de New York. En octobre 1842, c'est-à-dire dix années après en avoir conçu l'idée, Morse put enfin convier la population de New York à une expérience publique du télégraphe. La veille, Morse, dans une petite barque à rames, avait jeté à la mer, entre le Jardin du Château et l'Ile du Gouverneur, un fil de fer isolé dans une gaine de coton recouverte de caoutchouc. Malheureusement, dans la nuit qui suivit, plusieurs bateaux vinrent jeter l'ancre près de l'appareil et la batterie fut endommagée. Aussi, le lendemain, Morse ne put transmettre que quelques signes tout à fait illisibles.
Cette expérience, qui avait en partie échoué, lui permit cependant d'obtenir du Gouverneur les crédits nécessaires pour construire la première ligne télégraphique devant relier Washington à Baltimore. Cette première ligne ne fut inaugurée qu'après une suite d'échecs et de disconvenues qui rendirent l'inventeur bien amer et l'amenèrent très souvent au bord de la faillite. A la fin de sa vie, Samuel Morse, découragé, s'installa sur les bords de l'Hudson et reprit ses pinceaux.

Fermer cette fenêtre