Jean Siméon Chardin

Partager cette page



Jean Siméon ChardinJean Siméon Chardin — prénommé à tort, et même de son vivant, Jean-Baptiste-Siméon[1] — (Paris, 2 novembre 1699 – Paris, 6 décembre 1779) est considéré comme l'un des plus grands peintres du XVIIIe siècle.
Il est surtout reconnu pour ses natures mortes, ses peintures de genre et ses pastels.

Son père, menuisier, fabricant de billards rue du Four, l'inscrit en 1724 à l'académie de Saint-Luc, vieille confrérie des maîtres peintres.
Il travaille auprès de Noël-Nicolas Coypel.
Ci-contre son autoportrait.
Son premier succès est une enseigne pour chirurgien. La nature morte, les objets modestes et familiers l'inspirent particulièrement : ustensiles ménagers, gibiers, fruits, fleurs, pain, vaisselle, nappes, cuviers.
Il y dévoile assez tôt son génie: en 1728, le Buffet et la Raie le révèlent à l'Académie royale, où Largillière lui fait le meilleur accueil.

En savoir plus sur Jean-Siméon Chardin

Musique d'accompagnement : Piano Concerto No. 2 in F minor op. 21 - I Maestoso de Chopin.


Beaucoup d'autres peintres



Fermer cette fenêtre