L’ATTERRISSAGE

 

N°30 – Janvier 2010

 

BULLETIN  DE  L’ ACAM

           ASSOCIATION DES ANCIENS

                   CADRES ET…………

                            ASSIMILÉS DES SOCIÉTÉS

                MESSIER

 

Si vous voulez : -  Ecrire au bureau : bureau@acam.asso.fr

- Consulter le site internet ACAM :  http://www.acam.asso.fr

 

 

Le mot du Président

 

Souvenez-vous comme l’année 2009 avait mal commencé. La crise battait son plein. Le dollar baissait, le PIB diminuait, la Bourse chutait, l’immobilier plongeait, seul le chômage explosait. On ne donnait pas cher de la solidité des banques, au point que certains rachetaient de vieilles lessiveuses pour y entreposer l’argent qu’ils préféraient retirer de leur livret A qui ne rapportait plus rien. Des murs des lamentations s’érigeaient partout et chacun avait le moral en berne. Si ce n’était la fin du monde, c’était pour le moins la fin du capitalisme à l’Alan Greenspan.

Et puis, les beaux jours sont revenus. La Bourse a repris des couleurs arc-en-ciel et regagné plus de 50 % depuis son plus bas, atteint en mars. Les bonnes nouvelles ont refleuri. Ce qu’on n’attendait plus est arrivé. La mutuelle SAFRAN a vu le jour. Air France a reçu son premier A380 et l’A400M a fait son premier vol ainsi que le Boeing 787. SAFRAN a livré son vingt millième CFM-56 et les Chinois ont annoncé que leur moyen courrier en serait équipé. Messier-Dowty en a profité pour fournir son millième train d’atterrissage A330/A340. On le voit, l’aéronautique redécolle.

Même à l’UFR (Union Française des Retraités) on bombe le torse. Son président, François Bellanger, a été élu à la tête de la CFR (Confédération Française des Retraités) et déclare, à qui veut l’entendre, que la CFR commence à être connue, qu’elle est reçue par les conseillers des ministres qui ont nos affaires en charge et même par les conseillers du Premier Ministre. Des membres de la CFR assistent aux commissions de travail du COR (Conseil d’Orientation des Retraites). La prochaine étape sera une place à plein temps au COR et au CES (Conseil Économique et Social).

On n’allait pas fêter le centenaire de la première traversée de la Manche par Louis Blériot et celui de la création de la première école de pilotage fondée par Wilbur Wright, sans se réveiller et booster les mécaniques. Et tant pis si les Verts ne voient que le CO² qui sort de nos moteurs. Qu’ils s’éclairent à la bougie pour compenser ! On peut naturellement regretter que Copenhague ait accouché d’une petite souris grise mais avant que nos jets atteignent Mach 2 avec l’énergie solaire, plusieurs A320 se seront posés sur l’Hudson.

Il faut donc toujours espoir garder. Pour moi c’est toute l’aéronautique qui va se réveiller en 2010 et je vois déjà les bénéfices du groupe Messier d’abord, puis ceux du groupe SAFRAN faire florès pour le plus grand bonheur des actionnaires. Je vous le dis : 2010 sera l’année de tous les bonheurs. Je vous souhaite à tous d’en profiter et d’en tirer le meilleur pour vous et votre famille. Bonne année et très bonne santé à tous.

Roger LAFONTA

Premier vol de l’Airbus A400M le 11/12/2009

L’avion de transport militaire Airbus A400M a effectué avec succès son premier vol le vendredi 11 décembre à Séville. Il a atterri à 14h02 (13h02 GMT) sur le site d’Airbus à Séville d’où il avait décollé 3h45min auparavant.

Plusieurs centaines de personnes, journalistes, personnels d'Airbus, responsables politiques et militaires, ainsi que le roi d'Espagne Juan Carlos, étaient présents pour assister à l'atterrissage du futur avion de transport des armées européennes l’A400M appelé aussi le « Grizzly ».

Ce premier vol d'essai, effectué avec près d'un an et demi de retard sur le calendrier initial, a été réalisé par un équipage européen composé de deux pilotes, le commandant Edward Strongman, un britannique ancien pilote de la RAF, et d’un espagnol Ignacio Lombo, et de quatre ingénieurs navigants français. L'avion était équipé pour l'occasion de quinze tonnes d'instruments d'essai en vol. Ses performances ont été surveillées en temps réel par des équipes d'ingénieurs à Séville et Toulouse.

L'équipage a notamment vérifié le fonctionnement des moteurs et effectué des évaluations des systèmes de bord. Ce premier vol est une étape importante pour ce programme marqué par d'importants retards liés aux difficultés de développement de l'avion.

Les quatre moteurs TP400, produits par EPI (Consortium EuroProp International dont fait partie SNECMA), ont propulsé avec succès l'avion de transport militaire Airbus A400M lors de ce premier vol. Avec ses
11 000 chevaux, le moteur triple-corps TP400 est le turbopropulseur le plus puissant jamais construit dans le monde occidental !

Commentant ce premier vol de l'A400M, Nick Durham, directeur général d'EPI, a déclaré : " Le TP400 a déjà accumulé plus de cinquante heures de vol. EPI et ses sociétés mères, sont très fiers de voir ce moteur propulser l'A400M en vol pour la première fois. Les données recueillies dans le cadre de notre programme d'essais nous ont apporté une réelle confiance dans les performances de ce moteur. Nous sommes impatients de pouvoir les démontrer lors du programme d'essais en vol."

Plus de trois mille cinq cents heures de tests ont été réalisées sur ce moteur dans six sites d'essais en Europe, ainsi que sur le FTB (banc volant) d'Airbus Military. EPI a également livré quatorze moteurs TP400 à la ligne d'assemblage final de Séville dans le cadre du programme d'essais en vol de l'A400M.

L'A400M et Safran

Messier-Dowty réalise le train d'atterrissage de l'A400M (atterrisseurs avant et principaux, système de relevage et de descente des atterrisseurs et des portes, système d’abaissement et système d’orientation) et Messier-Bugatti réalise les roues et freins, tous les deux en source unique.

p.2

Atterrisseur principal de 3 jambes Messier-Dowty au Bourget 2007

Messier-Dowty a créé, à Vélizy, un banc d'essais dédié aux systèmes d'atterrissage de l'A400M. Ce banc réalise des essais de fonctionnement et d’endurance des systèmes d’abaissement (baraquage), de descente-relevage et d’orientation. Les systèmes hydrauliques, avioniques et électriques de l’A400M y sont installés. Le banc est exploité en collaboration avec les autres centres de Gloucester (GB) et de Toronto (Canada), ainsi qu’avec les centres d’essai du CEAT à Toulouse et avec Messier-Bugatti.

L'A400M est motorisé par le TP400-D6, proposé par les motoristes européens ITP, MTU Aero Engines, Rolls-Royce et Snecma. Les quatre turbopropulseurs entraînent des hélices en matériaux composites Ratier à huit pales (ce qui n'est pas courant).

Hispano-Suiza, Techspace Aero et Microturbo réalisent divers systèmes et équipements des turbopropulseurs.

(Plus d’informations sur le site internet de l’ACAM (www.acam.asso.fr) : photos couleurs, vidéos, etc. …)

 

 

Premier vol du Boeing 787-8 le 15/12/2009

Ce premier vol du long-courrier Boeing 787-8 "Dreamliner" a été effectué avec plus de deux ans de retard sur le calendrier initialement prévu. Le biréacteur a décollé vers 10h30 locales de l'aérodrome d'Everett, dans l'Etat de Washington. Ce vol de trois heures, a permis aux deux pilotes d’effectuer une batterie de tests techniques. Le Boeing 787-8 a atterri vers 13h30 locales, soit environ une heure plus tôt que prévu, en raison de fortes pluies sur Seattle.

Safran l'un des principaux partenaires européens à bord du Boeing 787, participe de manière significative à ce programme : Snecma dans les domaines de la motorisation, Messier-Dowty et Messier-Bugatti pour les systèmes d'atterrissage, Labinal pour les câblages, Sagem et Hispano-Suiza pour l'électronique embarquée. Participant à hauteur de 8% à la motorisation du biréacteur, Snecma fourni les aubes de soufflante, le booster et le calculateur de régulation électronique Fadec du moteur GEnx (General Electric). Safran a apporté de nombreuses innovations technologiques à cet avion au fuselage entièrement en composites. Ainsi, Messier-Dowty a conçu, pour le Dreamliner exclusivement, des trains d'atterrissage (principaux et avant), dotés d'avancées technologiques importantes, telles que les contrefiches d'atterrisseurs en matériaux composites, une première mondiale. Autre saut technologique : la mise en service du frein électrique, une technologie signée Messier-Bugatti. Adapté à l'avion le plus électrique du marché, ce type de frein présente des avantages de gain de masse, de robustesse et d'économie.

Jean-Claude OSCHÉ

p.3

 

Le Boeing 787-8 « Dreamliner » à l’atterrissage à Seattle

     

Atterrisseurs avant et principal Messier-Dowty du Boeing 787-8

Frein carbone à commande électrique Messier-Bugatti du Boeing 787-8

p.4